Lus dans le train #14

C’est l’heure du rendez-vous mensuel « Lus dans le train » ! 
Je vous rappelle un peu le concept, qui a été créé par Les Lectures de Mina. :

lusdansletrain-logo

« Pour tout ceux et toutes celles qui ont l’habitude de prendre les transports en commun, nous croisons souvent d’autres passagers plongés, eux aussi, dans un roman. Une belle échappatoire pour sortir de notre train-train quotidien. Et je vous avoue, j’ai tendance à jeter un coup d’œil sur la couverture du livre et le titre. Et pour ceux qui retiennent mon attention, je les note sur mon portable.
On ne sait jamais: si c’était un futur coup de cœur ? »

large

Je suis en retard ! Je suis en retard!

Honte à moi ! Je suis en retard pour la publication du nouveau numéro de « Lus dans le train ».  Non que la chasse aux titres fut mauvaise, au contraire, mais j’avoue que je suis plus souvent dehors que chez moi depuis l’arrivée du beau temps.  Vous allez donc vous retrouvez avec deux numéros ce mois-ci ! Celui d’aujourd’hui et le prochain, prévu pour la fin du mois. Bref ! Passons aux choses sérieuses !

stickers-abstrait-arabesque-florale.jpg

ADÈLE BLANC-SEC, le secret de la salamandre (tome 5)  de Tardi (Casterman, 2007)

«Dans cet album, nous suivons les tribulations de Lucien Brindavoine, chargé par la momie d’Adèle Blanc-Sec de réveiller cette dernière alors cryogénisée. Mais cette mission se révèle loin d’être simple pour Lucien : entre la guerre qui fait rage, l’alcoolisme qui l’affaiblit, le Professeur Dieuleveult qui cherche par tous les moyens à tuer Adèle, la mafia, Lucien rencontrera bien des obstacles. Pourra-t-il remplir sa mission ? . »

  •  Je connais la B.D d’Adèle Blanc-Sec que de nom et par des amis. Je me suis toujours dit qu’un jour, il faudrait que j’y jette un coup d’œil. Anecdote amusante, on a croisé ce titre en sortant de « Gilbert Jeune » avec Mininous. Il appartenait à un jeune homme assis juste en face de nous dans le métro et que j’avais croisé dans la boutique. Bien sûr, mon fils a fait honneur à sa discrétion légendaire:
    *a haute voix*: Maman, regarde. Note pour ton blog.
    Ce n’est pas faute de lui avoir dit d’être plus discret :D.

stickers-abstrait-arabesque-florale.jpg

CHRONIQUE DE L’OISEAU A RESSORT, d’Haruki Murakami (Points, 2004)

«Un chat égaré, une inconnue jouant de ses charmes au téléphone, des événements anodins suffisent à faire basculer la vie d’un jeune chômeur, Toru Okada, dans un tourbillon d’aventures. L’espace limité de son quotidien devient le théâtre d’une quête sans cesse renouvelée où rêves, réminiscences et réalités se confondent. Aucune frontière, physique ou symbolique, ne résiste à l’effervescence des questionnements qui s’enchaînent au rythme de rencontres déroutantes, chacune porteuse d’un secret, d’une fragilité propre. Haruki Murakami (La Course au mouton sauvage, La Ballade de l’impossible) tente de nous donner à voir la part d’ombre des choses et des êtres. Replaçant la méditation bouddhique dans la violence contemporaine du japon ou d’ailleurs, il se propose d’explorer nos ténèbres intérieures. Sans se départir d’un humour où perce la détresse, il emmène le lecteur dans un monde fantastique où, toujours plus fuyante, la réalité n’en devient que plus envoûtante.»

  • Le premier roman que j’ai lu de cet auteur, fut « Saules aveugles, femme endormie » qui regroupe plusieurs histoires courtes. J’avais eu un véritable coup de cœur pour sa plume. A découvrir si ce n’est pas encore fait.

stickers-abstrait-arabesque-florale.jpg

FRAGILES, de Sarah Morant  (Hachette, 2017)

«Gabriel a toujours été le bad boy du lycée : celui qui frappe avant de parler,
qui fait craquer toutes les filles mais ne s’attache jamais. Brittany incarne
la peste par excellence, à la répartie vicieuse, et au joli minois qui ne laisse
aucun garçon indifférent. Pourtant, derrière leurs apparences montées de
toutes pièces, tous deux cachent de profondes blessures qui les éloignent
des autres. Dans cette course pour cacher leurs cicatrices, Gabriel et
Brittany se cherchent mutuellement… Se trouveront-ils ? »

  • Le matin, je croise les collégiens qui prennent le train pour aller en cours. Ce jour-là, ce fut une jeune lectrice. Bon, je avoue qu’au vu du résumé, ce n’est pas du tout pour moi, étant de tout façon pas la cible visée. A voir s’il peut vous intéresser.

stickers-abstrait-arabesque-florale.jpg

UN APPARTEMENT DE PARIS,  de Guillaume Musso (XO éditions,  2017)

« Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.
Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler.
À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais. » 

  • Pendant quelques temps, je n’avais plus croisé de Musso dans les transports. Et franchement, cela faisait du bien ! Il y’avait plus de choix dans ma chasse aux titres. Et puis, il y’a quelques jours… Bing ! Qui est de retour ? Bref ! Je vous avoue que je ne suis guère tentée de le lire pour l’instant.

stickers-abstrait-arabesque-florale.jpg

Voici enfin le numéro du mois de mai publié !  J’espère que ces petits trouvailles dans le transport en commun vous plaise toujours autant. Pour ma part, je m’amuse toujours autant à observer les différents lecteurs que je croise. Je vous dis, à dans deux semaines, pour le numéro du mois de juin. A bientôt !

(Image d’intro de Neko-Rina – Image à la une tiré de 1100illustrations )

Publicités

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Même si Fragiles est une lecture bien trop jeunesse pour moi, je trouve que le résumé est plus alléchant que d’autres lectures du même genre. D’habitude la peste a le rôle de la méchante, ici j’ai l’impression que c’est l’un des personnages principaux, ça peut être intéressant 🙂 Pour ma part aussi je croise beauuuuucoup de Musso en ce moment dans les transports, auteur par lequel je ne suis pas du tout attirée !!
    Victoire

    Aimé par 1 personne

    1. klolianebooks dit :

      Malheureusement, le résumé de « Fragiles » me rappelle trop des romans déjà lu. Pour Musso, j’ai l’impression que l’on est plusieurs à ne pas être très fans de ses livres 😀 !

      J'aime

  2. La couverture de ce Musso est super belle ! Mais ça ne m’incite toujours pas à le lire… Seul Murakami me tente.

    Aimé par 1 personne

    1. klolianebooks dit :

      C’est vrai que la couverture est superbe. Mais j’ai l’impression que la trame narrative est toujours la même dans les romans de Musso. Au bout du troisième livre, cela devient lassant. Pour Murakami, si tu n’as pas encore lu, « « Saules aveugles, femme endormie » , je te le conseille vivement.

      Aimé par 1 personne

      1. Ah non, je ne connais pas du tout ! Merci du conseil =)

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s