La Déclaration: L’histoire d’Anna, de Gemma Malley

Dystopie ? Vous avez bien dit Dystopie ?

Moi (assise dans un train en compagnie de Catherine et une de ses amies) : Suite à ton conseil, je me suis renseignée sur la dystopie…
Amie de Catherine (quittant des yeux son portable et parlant un peu trop fort): Une coloscopie? Oh ma pauvre ! Ma mère a dû faire cette intervention à cause d’une diarrhée chronique. C’est pareil pour toi?

Un ange passe…

Catherine (me jetant un coup d’œil puis se tournant vers son amie): On parlait de dystopie et non  de coloscopie.
Moi (avec le plus de dignité possible): Et je précise que je ne squatte pas les toilettes avec une… Bref !

 

51ctltv2b1nl

AUTEUR: Gemma Malley
TITRE: La Déclaration – L’histoire d’Anna
ÉDITEUR, ANNÉE: Hélium – Actes Sud, 2018
NOMBRE DE PAGES: 215 pages

 

 

 

Hum… Non Comment !

Lorsqu’il y’a eut la grande vague des dystopies Young Adult et dont la plupart ont eu droit à leurs adaptations sur grand écran (pour citer le plus connu, « Hunger Games »), je vous avoue être passé complètement à côté. Je n’avais vraiment pas envie de les lire, malgré que ce soit un genre que j’apprécie grandement. Aujourd’hui, l’engouement est bien moins fort et je suis dorénavant curieuse de découvrir un titre dont je n’aurais eu aucune information pour avoir une totale surprise. Et j’ai eu cette opportunité grâce à une masse critique. Voici « La Déclaration: L’histoire d’Anna » de Gemma Malley.

 

Résumé:
« Un best-seller publié en 2007 pour la première fois, aujourd’hui réédité par hélium. Dans un monde où la mort n’existe plus et où avoir des enfants implique de renoncer à vivre, les enfants sont considérés comme des Surplus. Anna Covey fait partie de cette sous-caste de la société. Pourtant, un nouveau pensionnaire, Peter, va lui ouvrir les yeux… Un roman d’anticipation unique sur l’adolescence et la longévité qui n’est pas sans rappeler Margaret Atwood, Aldous Huxley ou encore Auprès de moi toujours de Kazuo Ishiguro. Premier tome d’une trilogie. »

« Je jure de payer ma dette, d’obéir,
Et d’être digne des Légaux pour les servir.
Je fais vœu de porter la Honte des Surplus
Et de racheter ma Faute envers Mère Nature.
Je fais vœu d’écouter, non de parler ;
De combler mes faiblesses et me perfectionner,
Je jure de travailler dur et de respecter
La volonté de l’État si mon nom est appelé. »

Ses principes, Anna se les répète chaque jour, depuis qu’elle est arrivée au sein du  Foyer de Grange Hal. D’ailleurs, son monde se résume aux murs de ce pensionnat où les Surplus sont envoyés. Surplus… Etre qui n’a pas mérité de vivre, progéniture de criminels dont ils furent arrachés suite à leurs emprisonnements, nuisible qui ne fera  que grignoter les ressources limitées de la planète, juste bon à courber l’échine et servir les Légaux… Anna sait qu’elle est sa place et met toute sa volonté à montrer qu’elle est une Surplus modèle. Pourtant, sachant qu’elle déroge à une des règles, elle ne peut s’empêcher d’avoir en sa possession un journal, dans lequel elle couche ses sentiments, à la dérobée, chaque nuit. Mais ce n’est pas cela qui va chambouler son monde au sein de ce lieu, mais l’arrivée  de ce mystérieux garçon, Peter.

J’ai vraiment beaucoup de choses à dire concernant cette histoire et j’espère vraiment ne pas être trop brouillon.  L’un des premiers points qui m’a frappé dans ce roman d’anticipation, c’est le thème choisi par l’autrice. En utilisant la question de la répercussion de l’immortalité, un des grands désirs de l’humanité avec la jeunesse éternelle et qui pourrait conduire à une grande surpopulation, elle arrive à y faire découler plusieurs trames fortes intéressantes. L’une d’entre elles est l’endoctrinement de ses pauvres enfants que l’on pousse à haïr leurs parents et que l’on rabaisse pour qu’ils comprennent qu’ils ne valent rien et doivent trimer pour mériter d’être vivant. Il est déjà difficile de voir quand des adultes sont confrontés à cela, mais lorsque ce sont des enfants et des adolescents, c’est un sentiment de malaise qui vous étreint.
Leur statut social, si l’on peut vraiment dire cela, est presque inexistant face aux légaux, personnes qui, par le biais d’une pilule, ont une très longue longévité.
Et c’est d’autant plus déstabilisant de voir Anna s’appliquait à suivre ses principes qui sont gerbants et je pèse mes mots.
Mais ce qui m’a vraiment troublé, c’est qu’avec certains détails de l’intrigue, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un parallèle avec une partie sombre de notre Histoire et notre actualité qui est guère glorieuse:
– celle de ses enfants qui ont été arrachés à leurs parents qui souhaitaient juste avoir un meilleur avenir pour eux et leurs proches… Cette lecture fut très perturbante, je l’avoue.

Ce roman a le mérite de vous pousser à quelques réflexions. Pourtant malgré une intrigue fort intéressante, le récit a tout de fois quelques défauts dont une de taille, les personnages. J’ai l’impression qu’ils ne sont pas assez travaillés. Pour le cas d’Anna, sa naïveté est bien trop mise en avant. Quant à Peter, la raison de sa présence dans le pensionnat est vraiment simpliste. Et ce reproche est pareil pour les seconds personnages, à part… Et cela me tue de le dire,  la détestable directrice du foyer, Mrs Pincent. Antipathique, cruelle, l’autrice réussit à déceler derrière cette horrible femme que l’on prend plaisir à détester, une personne aux lourds secrets qui lui apportent plus de nuances et la rendant moins manichéenne. Bien sûr, on devine très vite les raisons qui l’ont rendu impitoyable, mais elle reste le protagoniste le mieux écrit.
Dernier point à souligner, malgré que le récit soit prenant, il aurait mérité un traitement bien moins rapide au niveau de ses actions et dénouement. Cela fait perdre grandement la tension de l’intrigue. Pour vous dire, nous avons même droit à un « deus ex machina ». Malheureusement, cela a fait finir ma lecture sur une petite touche de déception.

Conclusion:

« La Déclaration: L’Histoire d’Anna » est une dystopie qui est intéressante à découvrir pour la thématique choisie et les quelques échos glaçant qu’elle peut avoir sur notre actualité. Et c’est vraiment pour ce point-là que je vous conseillerai de le lire.

Pour ma part, bien que je fus troublée par moment, je garde un léger sentiment mitigé pour ce roman. L’intrigue va trop vite sur des instants qu’il aura fallu s’appesantir pour continuer à conserver son côté oppressant. Mais cela ne tient qu’à moi. Peut-être pour certains d’entre vous, cela vous permettra de souffler un peu entre quelques scènes difficiles.

 

(Image à la une de Neako )

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s