Le jardin secret, de Frances Hodgson Burnett

 

AUTEUR: Frances Hodgson Burnett
TITRE: Le jardin secret
ÉDITEUR, ANNÉE: Archipoche (Archipel), 2020
NOMBRE DE PAGES: 261 pages

 

 

 

 

Frances Hodgson Burnett est l’une des autrices qui ont marqué mon enfance. Comme pour beaucoup de ma génération, j’ai connu ses histoires à travers les adaptations animées avant les livres: « Princesse Sarah » et « Le petit Lord« . Ah, doux souvenirs…

Durant cette période de confinement et désirant me plonger dans ma petite bulle de nostalgie, il était temps pour moi de retourner dans « Le jardin secret » de Frances Hodgson Burnett.

Résumé:
« Une jeune orpheline recueillie par son oncle dans un lugubre manoir du Yorkshire va découvrir en explorant la propriété un jardin laissé à l’abandon. Elle décide d’en faire son domaine et, aidée d’un jeune domestique, elle va redonner vie non seulement au jardin mais également aux habitants de la triste demeure. »

Traversant les Landes et contemplant un paysage bien loin de son Inde natale, la vie de Mary Lennox prend une nouvelle tournure. Certes, elle ne ressent point de tristesse pour avoir dû quitter un foyer où elle n’avait connu que de la solitude… Pourtant… Est-ce que sa vie sera différente dans ce manoir anglais isolé ?
Mary était loin d’imaginer que la réponse lui saurait apporter avec une vieille clé rouillée…

Comme pour les deux autres romans de l’autrice « la petite Princesse » et « Le Petit Lord Fauntleroy », j’ai découvert l’histoire du roman « Le jardin secret » à travers une adaptation, non animé, mais par un film,  sorti en 1993 avec l’actrice Maggie Smith ( Professeur McGonagall !). Lors de son premier visionnage, je l’ai adoré et il fait partie de ceux que j’aime regarder avec nostalgie. Pourquoi ? Parce que j’enviais ce jardin secret plein de couleurs, en imaginant les différentes fragrances des fleurs et des plantes, rêvant de m’allonger sur une grosse branche d’un de ces arbres pour y lire un roman à l’abri de ses feuillages et de pouvoir y jouer avec ma petite sœur et mes petits frères… Bref ! Je désirais ce jardin « d’éden ».

Bien des années après, il était temps pour moi de lire le roman de l’autrice et voir si je ressentirais ce même élan de nostalgie.

Comme beaucoup de romans pour enfants du XIXème, « Le jardin secret » est un récit plein de bons sentiments avec une portée morale qui met en avant les liens de la famille, la solidarité, l’honnêteté, le courage, les bons soins à apporter aux animaux etc…
Mais c’est aussi l’utilisation de « tropes » bien connus: l’enfant orphelin, le vieil homme bougon qui a en faîte un cœur d’or, un personnage qui sait communiquer avec les animaux et bien d’autres encore.

Celui-ci ne fait donc pas exception, pourtant la présence de ce jardin secret, dissimulé derrière une porte scellée, est une belle allégorie du cœur de Mary Lennox et d’autres personnages du récit. La petite fille n’ayant pas connu l’affection de ses parents et gâtée par des employées qui étaient à son service, a une physionomie peu agréable au début du roman (teint jaunâtre, cheveux fins, avec une certaine animosité dans ses paroles et ses gestes, surnommée « Madame Mary »). Mais, peu à peu, avec la découverte de ce jardin qui va s’éveiller avec l’arrivée du printemps et les nombreuses discussions avec  sa femme de chambre Martha, sur la famille de celle-ci, vont ouvrir le cœur de la fillette.  Ce sentiment d’épanouissement, mental comme physique, elle le partagera, par la suite, avec son cousin Colin, petit garçon mélancolique, colérique et sous l’emprise de la peur de mourir.

Qu’il est agréable de se plonger dans un roman optimiste, qui te rappelle cette période de ton enfance où les choses te semblaient magiques. J’ai aimé cette petite balade avec quelques touches de nostalgie… Jusqu’au dernier tiers du roman.
Cela ne concerne pas la fin qui se termine sur une belle note, mais sur le personnage de Mary. Celle-ci se retrouve totalement en retrait pour laisser place à son cousin Colin et sur l’impact du jardin sur sa personne. Etant celle qui a trouvé la « clé » pour ouvrir son « cœur » et celui de quelques personnages, et pour l’avoir suivie sur une grande partie du récit, je trouve cela vraiment dommage.

Conclusion:

C’est avec la tête plein de doux souvenirs, que je vous conseille ce classique de la littérature anglaise et de plonger à votre tour dans la période insouciante de la jeunesse. De quoi vous égayez et vous évadez durant ce confinement.

J’ai appris qu’une nouvelle adaptation au cinéma est prévue pour août 2020. En attendant, je vous invite aussi à voir l’adaptation de 1993 qui j’espère, vous mettra plein d’étoiles dans les yeux.

 

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. juliet595 dit :

    Je ne connaissais pas du tout, pourtant j’ai lu et re-re-lu « Petite Princesse » quand j’étais gamine ^^ Merci beaucoup pour la découverte, je fonce ! Et en plus, y a Maggie Smith ❤

    Aimé par 1 personne

    1. klolianebooks dit :

      J’espère que le film te plaira autant que moi 😊

      Aimé par 1 personne

  2. Karine:) dit :

    Lu il y a des années… j’étais enfant, en fait. J’ai très envie de le relire, vu que je n’ai aucun souvenir.

    Aimé par 1 personne

    1. klolianebooks dit :

      Pour moi, il m’a surtout envie de revoir le film 🙂 . Si tu as l’occasion, je t’invite vivement à le voir !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s